Les paradoxes en philosophie. Marie-Line BRETIN

Samedi 12 janvier 2013| Lu 862 fois | L’équipe des profs

Nous signalons la sortie du livre de Marie-Line Bretin, notre collègue de philosophie. Cet ouvrage, disponible au C.D.I., évoque différents paradoxes en philosophie [1], en particulier celui d’Achille et la tortue...

Quatrième de couverture :

Quoi de plus étonnant qu’un coureur réputé comme Achille ne puisse rattraper une tortue, un animal célèbre entre tous pour sa lenteur ? C’est qu’il ne s’agit pas d’une course véritable. Achille court sur une ligne qui appartient à un espace-temps absurde parce que divisible à l’infini, et que dénonce Zénon.
Ainsi est née la philosophie présocratique. Et Socrate, le père de la philosophie, n’a pas dérogé à cette aptitude philosophique au paradoxe, lui qui n’avait qu’un cheval de bataille : conduire ses interlocuteurs à interroger le sens de ce qu’ils vivaient.
En obligeant les hommes à s’étonner, Héraclite, Parménide, Zénon, Socrate ou Platon ont ouvert bien plus que l’espace philosophique. Ils ont posé les racines de ce qui fait l’essence même de l’Occident, comme culture humaniste, laïque, rebelle, et créatrice, source universelle de sagesse.

Ce livre propose une initiation à la philosophie, à partir de ce point de départ de toute philosophie qu’est le paradoxe. Et cela pour notre plus grand plaisir, car en revisitant les paradoxes qui ont fait naître la philosophie, nous retrouvons le caractère impertinent et ludique de la pensée grecque, montrant que la philosophie n’est ni ennuyeuse ni pesante.

Auteur : Marie-Line Bretin. Éditeur : Nomad Éducation. Sous la direction de Laurence Brunel. Illustrations : Hugo Pinson.

Dans la même rubrique

|